Accueil

 

Qui sommes-nous?

 

Patrimoine bâti

 

Paysages

 

Histoire

 

Personnalités

 

Fermes d’autrefois

 

La vie autrefois

 

Patois et proverbes

 

Flore

 

Faune

 

Recettes

 

Contact

 

Le Patrimoine sadébrien

La vie autrefois : la VANNERIE

    Sur la commune de Sèvres-Anxaumont, un local fonctionne pendant la période d'octobre à avril en atelier d'initiation pour débutants et confirmés afin de faire de la vannerie.

 

    Qu'est-ce que la vannerie ?  C'est l'art de concevoir des objets, à l'aide de fibres végétales, pour donner une forme à un objet, qu'il soit utilitaire ou non. Dans la nature nous voyons les animaux tresser naturellement des pailles afin de réaliser leur nid.

 

     Il est difficile de dire à quelle époque remonte le travail de l'osier dans notre pays. On sait que les Gaulois le connaissaient déjà, une sépulture représentant un Gaulois assis dans un fauteuil d'osier a été trouvée (Musée de Sens).

 

    Il existe dans la nature différents matériaux pour réaliser ces objets, et différentes méthodes de travail. :

 

    De toutes les matières premières employées en vannerie, l'osier tient une très grande place.  L'osier appartient à la famille des Salicacées. L'osier est donc un Salix ; les espèces sont nombreuses  et  poussent  sur des sols riches et suffisamment humides, mais sans excès. Il s'utilise brut sec, en blanc, c'est-à-dire qu'il a été dépouillé de son écorce. Après un an de séchage, il servira à la fabrication de corbeilles, paniers etc.

 

    La vannerie se classe en trois groupes :

La vannerie en osier  en plein

La vannerie rustique

La vannerie cousue.

 

    «  Brins  d'osier, brins  d'osier, Courbez-vous assouplis, sous les doigts du vannier. »

Techniques de travail d'un panier en osier «  en plein »

 

Un panier en plein  de forme ronde ou ovale se compose généralement du fond, des montants, de la torche, de la clôture, du bord, des poignées et éventuellement d'un couvercle  et des garnitures.  

 

 Pour un fond rond : faire une croisée, une ligature, un partage et une clôture du fond en super. Nous apprenons toutes ces techniques afin de réaliser nos corbeilles et nos paniers.

        La vannerie rustique diffère de la précédente puisqu'il s'agit  de construire auparavant la carcasse  de l'objet que l'on désire réaliser, des paniers bien souvent. Sur des gabarits appelés « moules » en bois, un segment de branche  de châtaignier, de noisetier, viendra s'ajuster, autour de lui, pour en épouser le contour, ce qui donnera un arceau. L'opération sera répétée autant de fois que nécessaire, ainsi sera construit le squelette du panier, ensuite il suffira de passer entre les arceaux avec de l'osier vert (frais) pour faire le remplissage. Ce travail est long.

 

 

     Le châtaignier est utilisé principalement pour la vannerie sur arceaux. Il s'utilise brut, en vert, il se refend principalement à chaud et sert à la structure d'un panier ou autres objets.

 

     Le noisetier sert aussi pour la construction d'un panier et en éclisse  pour le remplissage.

 

     La bourdaine  se récolte en fin de saison  à l'automne, elle est utilisée aussi pour la construction des arceaux, les petites sections peuvent faire des éclisses fines pour le remplissage.

 

     La clématite  est capable d'émettre des rejets de 10 m.  Elle s'utilise brute en vert, écorcée ou non.  Bouillies, les tiges gagnent en souplesse et prennent une teinte jaune doré. Elle est utilisée pour  faire des paniers.

 

    La vannerie spiralée cousue

 

     Contrairement à celle sur arceaux, la vannerie spiralée est bien datée comme une des premières apparues datant de quelques milliers d'années en arrière, comme en témoignent les traces en négatif dans la terre et la pierre sur des images anciennes.

 

      Cette vannerie est dite spiralée car constituée d'un toron de paille ou d'herbes qui monte régulièrement en spirale, calibré avec un tube plastique du diamètre souhaité et cousu à la ronce, fil de fer,  ficelle,  raphia, éclisse de rotin, osier etc.)  le principe a peut-être été à l'origine de la poterie au colombin.

 

     Les matériaux utilisés sont en général des pailles de seigle et de riz,  aujourd'hui nous nous servons de jonc, de molinie, de roseaux, de carex, que nous trouvons sur des terrains marécageux. Ils seront coupés au mois de juillet et mis au séchage.

 

      La molinie est une graminée commune sur tout le territoire, ses  touffes sont denses si la plante n'est pas régulièrement fauchée ; son nom populaire est la paille des bois, appelée parfois paille des marais parce qu'elle aime les zones humides. Elle est utilisée  de la même manière que le jonc.  Les colombins seront cousus  avec des éclisses de ronce, de canne de rotin, ou peut-être encore  d'osier.

 

      Les objets réalisés seront principalement des corbeilles pour faire lever le pâton de pain, ils prenaient le nom de bannetons.  Des bourgnes étaient confectionnées et servaient au stockage des légumes secs, des noisettes. Dans le grenier de mon grand-père   s'étalaient une série de bourgnes de différentes tailles. Ces réalisations cousues prennent le nom populaire de « paillassous ».

Vannerie : travail « en plein »

Vannerie rustique :

Construction du squelette du panier

Vannerie spiralée cousue

HAUT  DE  PAGE.

Le dahut / L’eau autrefois / L’école autrefois / L’école publique / L’école privée / L’électricité / L’épicerie / Foire d’Anxaumont /

  La gnôle / Métiers d’autrefois / Monnaies / Téléphone / Vannerie / Veillées / Vie religieuse / Voiture ancienne