Accueil

 

Qui sommes-nous?

 

Patrimoine bâti

 

Paysages

 

Histoire

 

Personnalités

 

Fermes d’autrefois

 

La vie autrefois

 

Patois et proverbes

 

Flore

 

Faune

 

Recettes

 

Contact

 

Le Patrimoine sadébrien

Le téléphone

 

    Au siècle dernier, l'installation du téléphone ne s'est faite que très lentement. Ainsi, en 1901, la Préfecture de la Vienne envisage la création d'un réseau téléphonique départemental, mais le conseil municipal de Sèvres craint d'entraîner la commune dans des dépenses trop considérables et refuse d'y adhérer. Même refus en 1904 et 1907.

    En 1921, il existe une ligne privée au Château de Moulins. Le conseil municipal demande alors la création d'une ligne téléphonique publique dans le bourg de Sèvres, en prolongement de la ligne privée. A la suite de quoi il est décidé en 1924 que le service départemental des Postes installera la ligne à ses frais, mais la commune aménagera le local qui recevra le poste téléphonique et c'est elle qui rétribuera le gérant de la cabine, qui sera chargé également de porter les télégrammes chez leurs destinataires. Finalement c'est en 1930 que cette cabine publique est installée à l'auberge.

    Grâce à l'Annuaire de la Vienne, on sait qu'en 1938 il y avait le téléphone au château de Moulins (N°1), au manoir de la Brunetterie (N°2), à Peumartin et à la cabine publique de Sèvres. Pour avoir le château de Moulins, il fallait passer par une opératrice et demander le 1 à Sèvres.

    Le téléphone a été installé à la mairie de Sèvres-Anxaumont en 1951, c'est-à-dire trente ans après le premier téléphone installé dans la commune.

    En 1956, le gérant de la cabine publique estime que l'indemnité qui lui est versée par la commune est insuffisante et il demande à abandonner sa fonction. Mais le maire ne trouve personne pour le remplacer ; le conseil municipal augmente alors l'indemnité du gérant. En 1960, celui-ci demande une nouvelle augmentation, qui lui est fermement refusée. Le conseil décide alors de supprimer la cabine de Sèvres et de créer deux postes dans des conditions différentes, l'un route de Saint-Julien, l'autre à Chantelle.

    Le village des Bordes demande à son tour l'installation d'un poste téléphonique public chez un particulier qui l'utilisera pour son travail et qui tiendra une cabine publique.

    Aujourd'hui on compte plus de 600 abonnés au téléphone fixe dans la commune et par ailleurs de nombreux Sadébriens ont un téléphone portable. Quant aux smartphones, ils ne servent pas seulement à téléphoner, ils ont de multiples autres fonctions et peuvent par exemple prendre des photos ou servir de GPS. Les choses ont bien évolué en un siècle ! Qui voudrait maintenant se passer de téléphone ?    

 

HAUT  DE  PAGE.

Le dahut / L’eau autrefois / L’école autrefois / L’école publique / L’école privée / L’électricité / L’épicerie / Foire d’Anxaumont /

  La gnôle / Métiers d’autrefois / Monnaies / Téléphone / Vannerie / Veillées / Vie religieuse / Voiture ancienne