Accueil

 

Qui sommes-nous?

 

Patrimoine bâti

 

Paysages

 

Histoire

 

Personnalités

 

Fermes d’autrefois

 

La vie autrefois

 

Patois et proverbes

 

Flore

 

Faune

 

Recettes

 

Contact

 

Le Patrimoine sadébrien

  grand GIBIER    petit GIBIER     INSECTES    LOUPS     OISEAUX    PAPILLONS de jour    PAPILLONS de nuit

Faune > PAPILLONS DE NUIT

 

LA PYRALE DU BUIS

 

    Depuis très peu de temps, un nouvel insecte est apparu à Sèvres-Anxaumont, comme dans le reste de la France d’ailleurs : c’est la pyrale du buis. Cet insecte se présente successivement sous forme d’oeuf, puis de chenille, puis de chrysalide, puis de papillon. La chenille se nourrit exclusivement de feuilles de buis, rien d’autre ne lui convient. Le papillon adulte pond ses oeufs, une centaine à la fois. Dès leur éclosion, les chenilles se mettent à manger les feuilles et les jeunes pousses. L’arbuste atteint se couvre alors de feuilles sèches et ne peut plus se développer. Puis les chenilles deviennent des chrysalides et enfin des papillons adultes. Il y a généralement trois générations de papillons adultes par an.

 

    L’insecte adulte est un papillon de nuit. (Comme pour les autres papillons de nuit, ses ailes au repos sont en position horizontale). On ne le voit pas dans la journée, il se pose sur une plante et ne bouge plus. Ce papillon est de taille moyenne. Il a des ailes blanches bordées de noir.

    Un traitement contre les chenilles a été mis au point, ce qui permet de limiter les dégâts. Il est à base de Bacillus thuringiensis. Les chenilles atteintes par le traitement cessent de se nourrir et meurent. D’autres traitements sont à l’essai, notamment un piège qui attire et capture les papillons mâles.

    Sur la photo ci-contre, on voit clairement les parties atteintes dans cette haie de buis. Certes, quelques feuilles repoussent, mais deux mois plus tard les mêmes dégâts vont se reproduire. En fin de saison, s’il n’y a plus de feuilles à consommer, les chenilles s’attaqueront à l’écorce des rameaux, causant des dommages encore plus importants.

HAUT  DE  PAGE.

    La photo ci-contre correspond à une situation bien particulière. En effet, on peut distinguer du côté gauche deux pattes et une partie de l’abdomen d’une araignée crabe. Celle-ci a capturé le papillon et est en train de le manger. Il a donc été facile de s’en approcher pour le photographier !