Accueil

 

Qui sommes-nous?

 

Patrimoine bâti

 

Paysages

 

Histoire

 

Personnalités

 

Fermes d’autrefois

 

La vie autrefois

 

Patois et proverbes

 

Flore

 

Faune

 

Recettes

 

Contact

 

Le Patrimoine sadébrien

Grand paon de nuit

Saturnia pyri – Famille des Saturniidae

 

    Espèce méditerranéo-asiatique, commune dans le midi de la France, moins fréquente et en voie de régression dans la moitié nord. Fréquente les espaces arborés, parcs et jardins, la végétation arbustive aux abords des habitations. C’est le plus grand papillon français : 100 à 130 mm d’envergure. Un ocelle sur chaque aile à la face supérieure. Une seule génération annuelle. Période d’apparition : fin avril - début juin.

    Le papillon est fortement attiré par les sources lumineuses et surtout les UV. Crépusculaire et nocturne avant minuit. En vol, il peut être facilement confondu avec une chauve-souris. L’adulte ne se nourrit pas et vit sur les réserves de graisse accumulées pendant la vie larvaire.

     La chenille se rencontre sur feuillus, aulne, peuplier, saule, frêne et surtout fruitiers. Elle tisse un cocon pyriforme, brunâtre ou gris-blanchâtre.
Cycle : femelle fécondée → œufs → chenille → chrysalide dans un cocon.

GRAND PAON DE NUIT :

Ci-dessus : femelle, ci-dessous : cocon

Grand sphinx de la vigne

Deilephila elpenor  -  Famille des Sphingidae

 

    Espèce eurasiatique. Une génération en mai - juillet, parfois une seconde partielle en août - octobre. Envergure : 55-65 mm pour les deux sexes.

    Corps vert olive. Thorax avec des bandes longitudinales rose vif. Abdomen avec une ligne médiane rose vif, apex pointu. Aile antérieure à apex très pointu, bord externe non dentelé, vert brun olivâtre, avec trois bandes transversales obliques rose liliacé. Aile postérieure à moitié basale, noire et moitié distale rose vif.

    Plantes-hôtes : épilobe principalement, vigne, gaillet, fuchsia, salicaire. L’espèce affectionne les jardins, friches et clairières.

    La chenille se développe à la fin de l’été. Elle fréquente les vignobles et se nourrit de la feuille de vigne. Elle se nymphose ensuite au sol dans des débris végétaux. La chrysalide est brun-jaunâtre, mouchetée de noirâtre.

Sphinx demi-paon

Smerinthus ocellata  -  Famille des Sphingidae

 

    Espèce eurasiatique. Une seule génération fin avril – début juillet. Envergure 65 – 75 mm pour le mâle, 70 – 85 mm pour la femelle.

    Aile antérieure marbrée et à bord découpé. Aile postérieure avec ocelle bleu bordé de noir sur fond rose. L’adulte s’observe tard dans la nuit. Plantes-hôtes : saule, peuplier, tremble, bouleau, noisetier, pommier, prunellier.

    La chenille se développe à la fin de l’été sur différents arbres fruitiers et essences feuillues, saules et peupliers notamment et saules pleureurs dans les parcs urbains.

Sphinx du liseron

Agrius convolvuli  -  Famille des Sphingidae

 

    Espèce afro-tropicale, migratrice en Europe. Elle revient en Europe chaque année à la saison chaude mais ne résiste pas à l’hiver. Se reproduit en France. Deux générations par an ; espèce plus fréquente en seconde génération. Juin – septembre.

     Envergure : 85 à 110 mm pour le mâle, 90 à 115 mm pour la femelle. Ailes antérieures à apex pointu, gris brunâtre avec stries noires longitudinales et sinuosités blanchâtres peu distinctes. Ailes postérieures : série de lignes noires concentriques sur fond plus clair. Abdomen annelé de noir et rose vif avec une ligne médiane grise-brunâtre. Vole au crépuscule sur tabac, pétunia, saponaire, buddleia. C’est un des papillons les plus rapides en vol. Il peut dépasser 50 km/h.

    Chenille sur liseron, rumex, impatiens, helianthus, chrysanthemum.

Sphinx du peuplier

Laothoe populi  -  Famille des Sphingidae

 

    Espèce eurasiatique des forêts de feuillus humides et des abords boisés des zones marécageuses. Une ou deux générations par an selon les conditions climatiques locales. Espèce volant de mai à septembre.

    Envergure : 60 – 75 mm pour le mâle, 65 – 85 mm pour la femelle. Ailes à bord ondulé, traversées de lignes sinueuses plus ou moins estompées. Tache rouge brique sur l’aile postérieure. La couleur de fond et l’étendue des dessins sont variables. Plantes-hôtes : peuplier, tremble, saule, bouleau.

    La chenille se développe de juillet à septembre sur peuplier, saule, bouleau, aulne, frêne, pommier, de préférence sur les arbrisseaux et jeunes arbres. La chrysalide hiverne sous terre au pied des plantes nourricières.

 

Ci-contre : deux photos de sphinx du peuplier.

Sphinx du pin

Hyloicus pinastri  -  Famille des Sphingidae

 

    Espèce eurasiatique, une ou deux générations par an. Espèce typique des forêts de conifères. Envergure : 60 à 75 mm. Ailes antérieures : 3 stries noires longitudinales. Ailes postérieures : gris-brunâtre uniforme. Thorax gris-brunâtre bordé de noir. Abdomen grisâtre annelé de noir et blanchâtre.

    L’adulte vole dès le crépuscule et la nuit pour visiter les fleurs et se laisse facilement attirer par la lumière, de mai à août, en une seule génération généralement, plus rarement une deuxième en août.

     Chenille sur conifères, pin sylvestre et autres espèces de pins, épicéas, particulièrement sur les jeunes arbres dans les clairières ensoleillées. La chrysalide hiverne au pied des arbres, dans les mousses et tapis d’aiguilles.

Sphinx du tilleul

Mimas tiliae  -  Famille des Sphingidae

 

    Espèce eurasiatique des forêts de feuillus. Une génération par an, parfois deux. Envergure : 55 à 70 mm.

    Forme des ailes très découpée sur le bord latéral pour les antérieures. Coloration variable des ailes antérieures, beige, verdâtre, marron, brune. Bande médiane plus foncée sur l’aile antérieure et ombre noire de l’angle interne de l’aile postérieure caractéristiques. Variations importantes de la couleur fondamentale et de l’extension de la bande médiane sur l’aile antérieure.

    Période de vol : avril – juillet et parfois une seconde génération en août-septembre en saison chaude. Plantes-hôtes : tilleul surtout et orme. Le papillon est bien adapté aux parcs urbains. On peut le rencontrer au repos au pied des troncs dans la journée, principalement par grand vent.

    La chenille se développe de juillet à septembre sur tilleul et aulne principalement mais aussi bouleau, orme et chêne. L’espèce hiverne à l’état nymphal.

Sphinx du troène

Sphinx ligustri – Famille des Sphingidés

 

    Espèce eurasiatique. Une seule génération par an. L’adulte vole de mai à juillet. Envergure : 85 – 110 mm pour le mâle, 75 à 115 mm pour la femelle. Thorax noir bordé de blanc.

    Ailes antérieures assez pointues à bord externe et base blanchâtres sur fond brun gris avec raies longitudinales noires. Abdomen annulé de rose vif et noir. Ailes postérieures avec deux bandes noires sur fond rose. Plantes hôtes : fusain, lilas, sureau, chèvrefeuille, jasmin, catalpa, paulownia, filipendule, sorbier.

    Chenille sur troène, frêne, seringa, viburnum, lilas, spirée. Elle se développe d’août à octobre. Elle se nourrit la nuit et se tient au repos la journée, la tête recourbée vers le bas.

    Chrysalide brun rouge foncé, luisante, hiverne dans une loge souterraine enterrée profondément.

Sphinx tête de mort

Acherontia atropos – Famille des sphingidae

 

    Espèce afro-tropicale, migratrice en Europe. Envergure : 80 à 120 mm. Crépusculaire et nocturne. Deux générations par an dans les régions au climat favorable. Période de vol : mai - juin puis août à octobre. L’adulte émet un son quand il est dérangé, un « cri » certainement dissuasif, dû semble-t-il à de l’air comprimé sortant par sa trompe. Friand de miel, il pénètre parfois dans les ruches au péril de sa vie.

    Chenille sur pomme de terre et différentes espèces de Solanum. La chenille donne une chrysalide de grande taille, luisante, brun-noir ou brun-rouge, qui meurt pendant l’hiver sous nos latitudes. Si l’automne est chaud, un adulte peut émerger de la chrysalide mais est condamné à mourir.

Sphinx tête de mort (ci-dessus) et sa chrysalide

HAUT  DE  PAGE.

Faune  > GRANDS PAPILLONS DE NUIT

    Avec plusieurs milliers d’espèces, les papillons de nuit (ou Hétérocères) sont beaucoup plus nombreux et variés que leurs homologues diurnes. Leur activité est essentiellement nocturne et / ou crépusculaire.

     Tous sont attirés par la lumière domestique et urbaine, mais encore par des longueurs d’onde hors du champ visible. Beaucoup présentent des teintes ternes plus ou moins foncées dans les gris ou bruns, principalement sur les ailes antérieures. Au repos, dans la journée, beaucoup présentent une forme triangulaire, les ailes postérieures recouvertes par les antérieures.

    Les grandes formes présentées sur cette page appartiennent à la famille des Sphingidae, à l’exception du Grand Paon de Nuit (Saturnidae), la plus grande espèce de notre patrimoine. Comme la plupart des insectes, les papillons de nuit connaissent un déclin important depuis les dernières décades en raison des modifications de l’environnement.

Références :

Le Multiguide Nature des Papillons d’Europe, d’Ivo NOVAK et Frantisek SEVERA,  Gérard LUQUET pour l’édition française, Bordas, 1983.

Guide des Papillons Nocturnes de France, de Roland ROBINEAU coordinateur,  Delachaux et Niestlé, 2007

Papillons de Nuit d’Europe, volume 1, Bombyx, Sphinx, Ecailles, de Patrice LERAULT, NAP Editions, 2006

  grand GIBIER    petit GIBIER     INSECTES    LOUPS     OISEAUX    PAPILLONS de jour    PAPILLONS de nuit

PYRALE DU BUIS