Accueil

 

Qui sommes-nous?

 

Patrimoine bâti

 

Paysages

 

Histoire

 

Personnalités

 

Fermes d’autrefois

 

La vie autrefois

 

Patois et proverbes

 

Flore

 

Faune

 

Recettes

 

Contact

 

Le Patrimoine sadébrien

Les METIERS D’AUTREFOIS

    Il existait autrefois dans les campagnes des métiers qui ont disparu aujourd'hui ou se sont transformés. Ils correspondaient évidemment aux besoins de l'époque.

 

Marchand de peaux de lapin :

    Il criait : "Peaux de lapin, peaux, peaux !". On tendait les peaux avec un "oisi" (un brin d'osier) et on les accrochait dans le fourni (= fournil, c'est-à-dire la pièce où il y avait le four). Au lieu d'utiliser un brin d'osier, on pouvait bourrer de paille la peau de lapin. Dans les années 40, le marchand donnait environ un centime par peau et l'argent allait souvent dans la tirelire des enfants.

 

Ramoneur :

     Celui qui venait à Sèvres-Anxaumont habitait Puygiron et passait une fois par an, à l'automne. Il chantait : "Ramoneur, ramoneur, qui ramone la cheminée de haut en bas". Il était tout noir, même sur la figure et les petits enfants en avaient peur. Pour faire son travail, il avait des hérissons qui se glissaient les uns dans les autres à partir du bas, aussi il ne montait pas sur les toits. Il faisait beaucoup de bruit. A la fin, il ramassait la suie. Il lui fallait une heure et demie à deux heures pour ramoner une cheminée. Il n'avait pas de prix fixe, on lui donnait une pièce.

 

Etameur (appelé aussi rémouleur) : L'étameur qui passait à Sèvres venait une fois par an, avec son vélo et sa petite remorque. Il emportait chez lui les récipients à réparer, puis les rapportait peu de temps après. Il aiguisait aussi les ciseaux.

 

Couturière :  A Sèvres, on faisait appel à la couturière de Savigny, qui venait en vélo. Elle faisait les pantalons de velours pour les hommes, les blouses des femmes.

 

Lingère : Elle faisait de la broderie, des sous-vêtements, des bonnets de dentelle.

 

Laveuse : Elle passait dans les villages chaque semaine à jour fixe pour des clients  attitrés. Elle faisait bouillir le blanc dehors sur un feu de bois, en utilisant une lessiveuse avec de la cendre comme lessive. Le linge de couleur était lavé à la main avec du savon. La lessive Saponite était courante après la guerre 39-45. Tout ce linge était le plus souvent rincé dans une mare. 

 

Sabotier : Au début du vingtième siècle, il y eut un sabotier à Sèvres-Anxaumont. Il était aussi afficheur municipal et sacristain.

 

HAUT  DE  PAGE.

Le dahut / L’eau autrefois / L’école autrefois / L’école publique / L’école privée / L’électricité / L’épicerie / Foire d’Anxaumont /

  La gnôle / Métiers d’autrefois / Monnaies / Téléphone / Vannerie / Veillées / Vie religieuse / Voiture ancienne