Accueil

 

Qui sommes-nous?

 

Patrimoine bâti

 

Paysages

 

Histoire

 

Personnalités

 

Fermes d’autrefois

 

La vie autrefois

 

Patois et proverbes

 

Flore

 

Faune

 

Recettes

 

Contact

 

Le Patrimoine sadébrien

Histoire en patois :    LA CHEB

   

     Ma cheb a vint du fin fond d’la campagne, un coin perdu où qu’on entend encore chanter les zozios et où qu’les sauterelles partent coum des fusées quand on met l’pied dans l’harbe. O l’é la cheb de ma mère. Al a du répondant et la mère un peu moins. C’qui fait qu’j’l’ai récupérée.

 

    Tio chang’ment qu’o y a fait ! Al est dev’nue pourichouse ! A voulait pu avancer. A s’piquait d’bout et al érougnait des oeils coum un fourmille qui pond su la braise. J’m suis dit : Qui qu’al a ? Du coup, j’ai entendu moi étou l’vacarme : les tondeuses, les debrouissailleuses, les bétonnières et surtout tié bolides qui passont à toute beurzingue dans nos bourgs. L’avant même pas le temps de vouer les pancartes pour la vitesse. Ma cheb a prend pour et pi al a pas tort : le sont dangereux ! A crouère que l’faizont la course. O vezoune dans tous les sens mes amis ! On dirait des abeilles pistées par un beurgo asiatique. Des foués y’a un d’tié bolides qui s’arrête avec des drôles dedans. L’avant jamais vu une cheb sauf sur internenette. Alors evidemment ma Juliette (oui parce qu’a s’appelle Juliette ma cheb) al est dev’nue une curiosité.

 

     Des foués, y’en a qui m’disont qu’faut avoir du temps pour promener une cheb au bout d’une corde pendant une heure tous les jours. Moi, j’leur répond qu’on est benaise comme ça et pi qu’ça nous met dans l’reculement par rapport à tout c’qui s’passe autour de nous aut. I la r’garde s’empifrer. A connaît toute une pharmacie d’plantes toutes plus bonnes les unes que les autres : le plantain, la bardane et le géranium sauvage et pi ben d’autres encore. A risque pas d’manger un datura. Al a un savoir scientifique ma cheb ! Al est incollable sur les plantes. C’est une pharmacie ambulante. Et pi moué, d’la r’garder manger, eh ben coum dit l’autre, j’me couche moins bête le souer !

    Des foués, ma Juliette a r’lève le musiau pi a m’regarde drouet dans les oeils. A m’dit sans doute qu’on a trouvé un vrai secret d’vie toutes les deux et que beaucoup de gens f’raient bien d’se mettre dans l’reculement eux aussi pour réfléchir et faire travailler leurs méninges au lieu d’courir dans tous les sens coum des rats empoisounés.

 

       Mado

 

HAUT  DE  PAGE.

    Mots patois     La cheb    Proverbes