Accueil

 

Qui sommes-nous?

 

Patrimoine bâti

 

Paysages

 

Histoire

 

Personnalités

 

Fermes d’autrefois

 

La vie autrefois

 

Patois et proverbes

 

Flore

 

Faune

 

Recettes

 

Contact

 

Le Patrimoine sadébrien

L'arrivée de l'électricité

 

    C'est après la première guerre mondiale que le département de la Vienne décide de s'électrifier. En 1923, le conseil municipal de Sèvres-Anxaumont demande l'adhésion de la commune au Syndicat Intercommunal d'Electricité du département. Deux membres du conseil sont élus comme délégués de la commune auprès de ce Syndicat. Dès cette date, la commune verse une participation financière au Syndicat. Ensuite un emprunt est réalisé par le département pour financer les travaux ; il est garanti par les communes adhérentes.

     Fin 1924, une ligne relie Poitiers à Saint-Julien l'Ars en passant par Sèvres-Anxaumont. Le logement de l'institutrice est raccordé en 1928, ainsi que l'école. Une lampe raccordée à ce branchement éclaire la mairie, qui indemnise l'institutrice. En 1929, la commune demande le démarrage des travaux d'électrification pour le Pinier et les Cartes. En 1933, le conseil municipal décide de faire installer dans l'église un compteur électrique et cinq lampes, aux frais de la commune. Le desservant paiera la redevance pour le compteur et la consommation. Par ailleurs, un texte de 1933 précise à nouveau la répartition des dépenses d'électricité entre la mairie et l'institutrice. En 1940, les occupants allemands ont fait installer une ligne électrique au château de Moulins.   Ensuite, c'est en 1959 que le courant force arrive dans le bourg de Sèvres et à Anxaumont.

    Evidemment, quand les maisons n'étaient pas reliées au réseau électrique, il n'était pas question d'avoir un réfrigérateur, un congélateur, un lave-linge, un lave-vaisselle, une cuisinière électrique, un poste radio, un téléviseur, un ordinateur, un smartphone, rien de tout cela ! La vie à la maison était vraiment différente !

    Voici quelques rappels des conditions de vie autrefois. Pour s'éclairer, on avait la lampe à pétrole et les bougies, ainsi d'ailleurs que la lumière qui provenait du feu de cheminée. Pour faire la cuisine, on disposait d'une cuisinière à bois, mais une marmite pouvait également être accrochée à la crémaillère dans la cheminée. L'eau chaude ne coulait pas au robinet, il fallait donc la faire chauffer dans un récipient. Le linge était lavé à la main, tout comme la vaisselle. Pour avoir les nouvelles, pas de radio ni de télé, on ne pouvait pas non plus utiliser son smartphone pour consulter la page Facebook de ses nombreux amis, par contre on parlait en direct à ses voisins et on allait discuter au café.

    Quant à la conservation des aliments, elle faisait appel à différentes techniques. Voir par exemple à ce sujet l'article sur la mort du cochon, où il est question de jambons salés, d'andouilles, de rillettes. On stérilisait les fruits et les légumes et on les mettait dans des bocaux. On faisait aussi sécher les fruits.

     On peut vraiment dire que la "fée électricité" a bouleversé notre mode de vie !

 

Le dahut / L’eau autrefois / L’école autrefois / L’école publique / L’école privée / L’électricité / L’épicerie / Foire d’Anxaumont /

  La gnôle / Métiers d’autrefois / Monnaies / Téléphone / Vannerie / Veillées / Vie religieuse / Voiture ancienne