Accueil

 

Qui sommes-nous?

 

Patrimoine bâti

 

Paysages

 

Histoire

 

Personnalités

 

Fermes d’autrefois

 

La vie autrefois

 

Patois et proverbes

 

Flore

 

Faune

 

Recettes

 

Contact

 

Le Patrimoine sadébrien

La vie autrefois :       L’ECOLE PRIMAIRE AUTREFOIS

 

    L’enseignement primaire a beaucoup évolué au fil des années. Pendant la plus grande partie du XIX° siècle, peu d’enfants allaient à l’école. L’enseignement dépendait de l’église et était payant.

 

     En 1881, sous l’impulsion de Jules Ferry, la loi a rendu l’instruction primaire gratuite. En 1882, l’instruction primaire est devenue obligatoire pour tous, de 6 ans jusqu’à 13 ans. Les communes ont alors fait construire des écoles. Ces écoles étaient laïques, c’est-à-dire indépendantes des églises. En contrepartie, il n’y avait pas classe le jeudi, pour que les parents puissent faire donner un enseignement religieux à leurs enfants ce jour-là. Les parents pouvaient envoyer leurs enfants soit à l’école publique (laïque), soit à l’école privée (dépendant de l’église).

 

     Pendant longtemps, l’année scolaire a commencé le premier octobre et s’est achevée le 14 juillet. Il y avait des vacances à Noël et à Pâques, mais pas en février car personne n’allait au ski. Les enfants allaient à l’école cinq jours par semaine : lundi, mardi, mercredi puis vendredi et samedi. La plupart allaient au catéchisme le jeudi. Si la commune était suffisamment peuplée, les garçons et les filles allaient dans deux écoles séparées. Les enfants venaient souvent de loin, à pied, et apportaient leur déjeuner à l’école.

    La journée de classe commençait habituellement par une leçon de morale. L’enseignement du français avait une place importante. On faisait très attention à ne pas faire de fautes d’orthographe et on apprenait beaucoup de récitations. En calcul, les enfants ne disposaient pas de calculettes, mais de bûchettes et comptaient aussi avec des pièces de monnaie ; de plus, ils étaient entraînés au calcul mental. En géographie, on apprenait la liste des départements, avec préfectures  et sous-préfectures ; c’était l’époque où le cours de géographie faisait aussi une large place aux colonies françaises. On faisait de belles pages d’écriture avec les plumes Sergent-Major, en respectant les pleins et les déliés et en évitant de faire des pâtés sur la page. Les enfants apprenaient aussi à chanter, notamment La Marseillaise. Les filles étaient initiées à la broderie et à la couture.

    A quatorze ans, la plupart des enfants se présentaient au Certificat d’Etudes Primaires puis arrêtaient leurs études. Si quelqu’un faisait cinq fautes en dictée, il était éliminé d’office. Les candidats devaient passer le brevet sportif avant de se présenter aux autres épreuves.

    Les élèves disposaient de pupitres en bois à deux places avec des bancs. Chacun avait un encrier qui était fixé dans un trou du pupitre. Le bureau du maître était situé sur une estrade. Le chauffage était assuré par un poêle à bois. Dans les petites communes, les élèves les plus âgés étaient chargés d'entretenir ce feu, de laver les tableaux et de balayer la classe. Chaque semaine, deux élèves étaient de service. Des cartes étaient accrochées aux murs, ainsi que des tableaux de sciences. Le maître disposait d’une grande baguette pour montrer au tableau – et parfois aussi pour taper sur les doigts d’un élève.

    Dans les petites classes, les élèves recevaient un bon point quand ils avaient bien travaillé. Ils échangeaient ensuite dix bons points contre une image. Si le maître se fâchait, il pouvait mettre l’élève au coin, ou le priver de récréation. S’il donnait une claque à un enfant qui s’était mal conduit, cet enfant évitait d’en parler à ses parents ; sinon il était sûr que ses parents lui donneraient une autre claque. Dans certaines écoles, un mauvais élève pouvait même être coiffé d’un bonnet d’âne.

    A la récréation, les garçons jouaient aux billes, à saute-mouton, à l’épervier, aux gendarmes et aux voleurs. Les filles jouaient à la marelle, à la corde à sauter, à la balle ou faisaient la ronde.  

     Tous les ans avait lieu la traditionnelle photo de classe ; ce jour-là, les enfants mettaient leurs plus beaux habits, comme on peut le voir sur une photo de classe à Sèvres en 1913.

HAUT  DE  PAGE.

Le dahut / L’eau autrefois / L’école autrefois / L’école publique / L’école privée / L’électricité / L’épicerie / Foire d’Anxaumont /

  La gnôle / Métiers d’autrefois / Monnaies / Téléphone / Vannerie / Veillées / Vie religieuse / Voiture ancienne